La sécurité alimentaire reconnue comme un besoin urgent !, « L’Occitanie doit vite assurer son autonomie alimentaire », Lors de la session plénière…


La sécurité alimentaire reconnue comme un besoin urgent !
« L’Occitanie doit vite assurer son autonomie alimentaire »
Lors de la session plénière du Conseil économique, social, environnemental d’Occitanie, le jeudi 23 novembre à Montpellier, son président, Jean-Louis Chauzy, a interpellé la Région sur les difficultés du secteur. Interview.
ladepeche.fr – Le Ceser (1) que vous présidez tire la sonnette d’alarme auprès de la Région sur les difficultés que rencontre l’agriculture. Pourquoi cette inquiétude ?
Avec 164 000 emplois et 13,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016, l’agriculture et l’agroalimentaire sont les premiers secteurs d’activité de la région Occitanie. En France, nous sommes la première région viticole, ovine, bio, la deuxième pour ses productions de fruits, de palmipèdes gras. Or malgré ses très bons résultats, nous importons 40 % de ce que nous consommons. Nous sommes particulièrement déficitaires dans la viande et le lait. Dans un contexte international difficile, il est impératif que la Région Occitanie assure vite son autonomie alimentaire.
Que préconisez-vous pour atteindre cette indépendance agricole ?
Nous devons stopper en priorité la disparition des exploitations en aidant les jeunes agriculteurs à s’installer. Aujourd’hui, en Occitanie, sur 69 970 exploitations, nous enregistrons 2 780 départs chaque année contre à peine un millier de rentrant. Cet accès au foncier dans toute la région est au cœur des enjeux du développement durable.
Pourquoi un tel déficit ?
Les chefs d’exploitations vieillissent et le renouvellement des générations en agriculture n’est plus assuré. L’accès au foncier devient également problématique à cause de l’agrandissement des exploitations par concentration. Certaines exploitations deviennent alors intransmissibles en raison de leur coût. Cet aspect est essentiel d’autant que le revenu des agriculteurs est très bas en France et particulièrement en Occitanie.
Quelles seraient les solutions ?
Il faut développer les revenus des agriculteurs par tous les moyens pour pouvoir pérenniser les exploitations et inciter les nouvelles générations à s’engager dans ces métiers. Cela doit passer par une diversification des cultures et des activités comme l’oenotourisme, l’agritourisme, l’énergie, le bois, en misant sur la qualité des productions et sur des circuits commerciaux courts qui permettent une juste rémunération des producteurs.
Actuellement, beaucoup d’agriculteurs lâchent à cause des mauvaises manières des grandes surfaces. Ceux qui mettent les étiquettes sur les produits gagnent plus que ceux qui produisent. C’est un véritable scandale. Le secteur agricole souffre aussi d’un manque d’eau. C’est un problème majeur qui va s’amplifier avec l’augmentation de la population et le changement climatique. Il est urgent de prendre des mesures urgentes en augmentant par exemple la capacité de certains barrages. Il est aussi nécessaire d’économiser l’eau, de réduire les pertes dans les réseaux et de compenser les ressources manquantes.
Pour mettre en œuvre toutes ces propositions nous conseillons à la Région Occitanie de lancer un grand plan agricole régional qui illustre une volonté politique forte de soutien à ce secteur.
(1) Composé de personnalités issues de la société civile, le Conseil Économique Social et Environnemental Régional (Ceser) est une assemblée consultative qui mène des études sur les questions concernant l’avenir de la Région.
https://www.ladepeche.fr/…/2690760-jean-louis-chauzy-occita…
Le CESER est une assemblée consultative auprès du Conseil Régional et de sa Présidente. Le CESER et le Conseil Régional constituent l’entité territoriale de plein exercice qu’est la Région.
Le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional (CESER) Occitanie est composé de 213 conseillers désignés par arrêtés préfectoraux en 2013 en ex-Midi-Pyrénées et ex-Languedoc-Roussillon. À noter que les CESER s’inscriront dans un nouveau cadre de fonctionnement qui sera fixé par le législateur à partir du 1er janvier 2018.
Le rôle du CESER
Il s’agit d’un lieu d’écoute et d’échange. C’est un laboratoire d’idées qui permet de répondre efficacement aux besoins des citoyens ainsi qu’à l’intérêt régional. La saisine du CESER est obligatoire, même à titre consultatif, sur les documents budgétaires régionaux tels que les orientations budgétaires, l’élaboration du budget primitif. Il est également obligatoire de consulter le CESER pour les schémas régionaux (SRDEII, …) et les orientations générales concernant l’environnement.
Le CESER peut également se saisir lui-même de toutes les questions en lien avec les compétences obligatoires de la Région, à titre consultatif. La loi NOTRe du 7 août 2015 a renforcé les compétences des régions et par là-même celles du CESER qui peut contribuer à l’évaluation et au suivi des politiques publiques régionales.
Plus d’infos sur le Ceser d’Occitane sur le site : https://www.laregion.fr/Le-CESER-35346
L’Occitanie est un territoire ouvert sur la Méditerranée, à cheval sur deux massifs, les Pyrénées et le Massif central. Organisée en nouvelle région administrative, l’Occitanie
possède 3,5 millions d’hectares de surface agricole utilisée et 2,4 millions d’hectares de forêts, soit 80 % du territoire régional avec une couverture agricole ou forestière selon Agreste, les statistiques agricoles annuelles recensées en 2013. Et pourtant, la plupart des villes sur ce vaste territoire ne possèdent pas plus de 3 jours de stock de nourriture pour assurer les besoins de sa population, soit 5.830.000 habitants. Il est grand temps effectivement que les instances publiques de la nouvelle grande région Occitanie prennent en compte rapidement l’urgence de la sécurité alimentaire pour assurer la cohésion sociale et la durabilité des collectivités locales de son territoire, qu’en dites-vous ?
On en parle au sein du groupe Autonomie Alimentaire Occitanie :
https://www.facebook.com/groups/486317778404002/


Jean-marie Muller
novembre 27, 2017

Nous avons commencé : voir incroyableprairie sur face de bouc

François Rouillay
novembre 27, 2017

On a du travail et il y a urgence : http://bfmbusiness.bfmtv.com/…/la-chine-continue-de-s…

Martine Ducros
novembre 27, 2017

Ce serait bien d’avoir le schiffres de nos terres rachetées p par la Chine entre fotêts , terres agricoles. Remplacer des chênes ou autre arbres vénérables par des arbres qui pousent vite, c’est continuer à faire progresser l’appauvrissemnt de notre sol.